CFC AU 17CFC B
Châteaulin football club : À la lutte avec les costauds

Après un peu moins de deux mois de coupure, les joueurs du Châteaulin football club ont repris l’entraînement, le 18 juillet. Alors que l’équipe fanion a obtenu la montée en Régional 1 l’année dernière, le staff et les joueurs se préparent à entamer une saison qui s’annonce très différente de la précédente à de nombreux niveaux.

Plabennec, Concarneau, Trégunc ou encore les Paotred Dispount d’Ergué-Gabéric. Les amateurs de football seront gâtés, cette année, en se rendant au stade Eugène-Piriou pour assister aux matches du Châteaulin football club (CFC).

Après sa montée brillamment acquise à l’issue du championnat l’an passé, l’équipe A du club châteaulinois entamera son championnat de Régional 1 le dimanche 26 août, face à Plabennec B. De quoi se mettre directement dans le bain. « Ce n’est jamais évident de jouer la réserve d’un club comme Plabennec parce qu’ils seront forcément au complet », constate Didier Hascoët, emblématique entraîneur du CFC.

« Leur Ligue des champions »

Pas question de se plaindre pour autant : lui et les joueurs savaient à quoi s’attendre après la montée. « Certains joueurs évoluaient en D1 avant d’arriver à Châteaulin. Ils le disent eux-mêmes, ce sera un peu leur Ligue des champions à eux tous les week-ends », sourit l’entraîneur, que l’on sent particulièrement serein au moment d’entamer la saison. « La clé cette saison, ce sera d’apprendre rapidement de nos erreurs dans les premiers matches pour accrocher le maintien ensuite. Et si l’on venait à descendre, nos erreurs devront nous servir aussi pour remonter le plus vite possible ».

La camaraderie, oui ; le pognon, non

Pour acquérir le maintien de l’équipe première, objectif clairement affiché, Didier Hascoët pourra s’appuyer sur un groupe sensiblement identique à celui de l’an passé.

Un signe de la très bonne ambiance qui règne dans l’effectif, d’autant que quelques éléments ont été approchés par des clubs avec d’autres arguments que la rigolade entre camarades à faire valoir. « Certains ont reçu des propositions de clubs du département, du même niveau ou en dessous, moyennant des sommes d’argent mensuelles », affirme Didier Hascoët.

Une mentalité qui ne correspond guère au CFC. « À l’inverse, on a été approché par des joueurs habitués de la R1 qui proposent leurs services contre de l’argent. On ne va pas rentrer là-dedans, surtout lorsque l’on voit des joueurs de la A comme Dorian Léostic, Cédric Le Page ou Olivier Cornec qui passent pratiquement six jours sur sept sur le terrain entre les entraînements, les matches ou les équipes de jeunes dont ils s’occupent ». Une explication fluide à l’absence de recrues un peu plus spectaculaires.

Compétitifs et festifs

Si le club châteaulinois cultive sa différence en mettant en avant le plaisir entre potes avant les gros sous, la compétition reste naturellement un autre moteur. « On a prouvé que l’on pouvait être compétitif tout en ayant un esprit festif ». La preuve : ils sont déjà une trentaine, équipes A, B et C confondues, à se présenter à chaque entraînement, depuis la reprise le 18 juillet.

« On les a quand même laissés profiter des Vieilles Charrues, on fera un programme plus light aussi pendant le Bout du Monde », précise Didier Hascoët. Il restera alors trois semaines avant le début des choses sérieuses. Largement de quoi en baver encore un peu pendant la préparation !

Des adaptations à apporter au stade

La montée du Châteaulin football club changera le fonctionnement du club sous d’autres aspects que celui purement sportifs. Le stade Eugène-Piriou va devoir faire peau neuve pour répondre aux exigences du Régional 1. À commencer par la pelouse, puisque, contrairement aux apparences, le terrain n’est pas suffisamment grand pour ce niveau de compétition. « Actuellement, l’aire de jeu est la même qu’au stade de Banine », explique Didier Hascoët. Il faudra probablement rogner sur la piste pour agrandir la partie gazonnée du stade. Le club châteaulinois devra également installer du grillage sous la main courante, en remplacement des filets installés à quelques endroits. Enfin, les bancs de touche devront être remplacés par des guérites plus grandes : « Les staffs des équipes présentes en R1 comprennent parfois des kinés et nécessitent donc plus de place sur le banc », complète Didier Hascoët. Ce travail sera effectué en collaboration avec la municipalité.

Neuf arrivées, quatre départs, un retour

L’intersaison a donc été assez calme au Châteaulin football club. Le nombre de recrues s’élève à neuf (entre parenthèses, le club précédent des joueurs) : Sékou Koné (Aulnay-sous-Bois) ; Jérémy Dudilieu (Lennon) ; Sébastien Quatreveaux (Dinéault) ; Erwan Lhermite (Lopérec) ; Benoît Cadiou (Dinéault) ; Derwell Quenec’hdu (Crozon) ; Nathan Baillache (Crozon) ; Killian Boussion (ES Cranou) ; Jay Brai (Carhaix). Dans le même temps, quatre joueurs sont partis (entre parenthèses leur nouveau club pour la saison 2018-2019) : Antoine Celton (Pont-de-Buis) ; Nathan Jaouen (Pont-de-Buis) ; Lilian Thépaut (Pont-de-Buis) ; Florian Breton (Pleyben). À signaler également le retour dans l’effectif d’Alan Boivin, après un an d’absence en raison d’une blessure au ménisque.

Châteaulin football club : À la lutte avec les costauds
Web Expert